vendredi, 31 mars 2017

Le FBI publie de nouvelles photos du 11-Septembre


L'agence américaine a rendu publiques une vingtaine de photos inédites, prises après l'attaque du Pentagone, sur lequel est venu s'écraser officiellement un avion de ligne le 11 septembre 2001.




















Des attaques du 11 septembre 2001, on retient surtout celles des deux tours du World Trade Center. Mais celle du Pentagone, à Arlington, est tout aussi symbolique. Comme à New York, un avion de ligne qui effectuait la liaison entre Washington et Los Angeles a été détourné et il est venu s'écraser, à 9h37 (heure locale) sur ce symbole de la puissance militaire américaine, faisant 184 morts.

16 ans après, le FBI a sorti des cartons une vingtaine de clichés inédits jamais publiés. On y voit l'intervention des secours et les importants dégâts. Poignant quand on sait que les récits de cette journée au Pentagone, dont l'attaque à aussi fait l'objet de documentaires dédiés, sont bouleversants.

mercredi, 22 mars 2017

800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie saoudite




Aide matérielle et financière des pirates de l'air, financement du groupe terroriste Al-Qaïda via des associations caritatives : les familles de victimes du 11-Septembre attaquent en justice l'Arabie saoudite, 15 ans après.

Pix 11, un média new-yorkais, rapporte que 800 familles de victimes ont intenté une action en justice contre l'Arabie saoudite pour son rôle dans les attentats du 11 septembre 2001.

Représentés par le cabinet d'avocats Kreindler & Kreindler, ils ont porté plainte devant une cour fédérale de Manhattan, à New York, et dénoncent l'implication de responsables saoudiens dans l'attaque.

«La plainte détaille comment l'ambassade saoudienne a apporté son soutien aux terroristes Salem al-Hazmi et Khalid Al-Mindhar, 18 mois avant le 11 septembre 2001», précise notamment le média new-yorkais. «Les responsables saoudiens ont aidé les terroristes à trouver des appartements, apprendre l'anglais, obtenir des cartes de crédit et de l'argent liquide», poursuit-il, avant de résumer ainsi leur implication :  «Ils les ont aidé à se fondre dans le paysage américain».

Selon la plainte, des fonctionnaires de l'ambassade d'Arabie saoudite en Allemagne ont en outre directement soutenu l'un des principaux pirate de l'air, Mohamed Atta. L'avocat James Kreindler – qui précise que de nombreuses informations contenues dans la plainte émanent de l'enquête réalisée par le FBI – assure qu'un responsable saoudien a passé la nuit précédant l'attaque dans le même hôtel que plusieurs des terroristes.

L'Arabie saoudite accusée d'avoir financé Al-Qaïda via des associations caritatives

«Les associations caritatives [saoudiennes] sont l'alter ego du gouvernement saoudien», explique en préambule James Kreindler. Et il compte bien démontrer lors du procès que ces organismes de bienfaisance finançaient directement des organisations terroristes telles qu'Al-Qaïda.

Dès lors, non seulement les responsables saoudiens étaient parfaitement au courant de ces agissements, avance t-il, mais ils ont également utilisé divers moyens pour masquer ce financement indirect d'Al-Qaïda.

«Les Saoudiens font preuve de duplicité, ils affirment être des alliés [des Etats-Unis] contre l'Iran, alors que dans le même temps, ils travaillent avec les terroristes», affirme l'avocat, avant de conclure sa plaidoirie sans ambiguïté : «Leur implication dans les attaques du 11-Septembre ne fait aucun doute.»

Un procès longtemps repoussé

La maison des Saoud est un allié clé des Etats-Unis au Moyen-Orient, ce qui a conduit les administration précédentes à faire leur possible pour empêcher la tenue d'un tel procès.

En septembre dernier, Barack Obama avait notamment opposé son veto à la loi autorisant les proches des victimes du 11-Septembre à poursuivre l'Arabie saoudite. Mais dans la foulée, les deux chambres du Congrès avaient rejeté ce veto, ouvrant ainsi la voie à ce procès. Riyad a eu beau faire du lobbying pour persuader les législateurs américains de retoquer la loi, elle n'y est pas parvenue.

«Ce procès est une démonstration de l'engagement inébranlable des familles des victimes pour que le rôle critique de l'Arabie saoudite dans l'attaque soit pris en compte», conclut James Kreindler.

lundi, 13 février 2017

«Donald Trump ne fermera pas Guantanamo»


(Photo: Capture d'écran YouTube)


L'avocat du cerveau autoproclamé des attentats du 11-Septembre a affirmé lundi que Donald Trump était sérieux dans son intention de remplir Guantanamo de personnes soupçonnées de terrorisme. Les chances de fermer ce centre de détention vont donc s'éloigner à jamais, selon lui.

«Notre président a fait part de son intention de garder Guantanamo ouvert et d'y mettre plus de gens, et je prends ses mots au sérieux», a déclaré David Nevin, l'avocat de Khaled Cheikh Mohammed, actuellement détenu à Guantanamo, devant une conférence sur les droits de l'Homme organisée à Doha.

A son arrivée au pouvoir en 2009, le président Barack Obama avait promis de fermer Guantanamo, mais n'a pas pu le faire en raison principalement de l'opposition du Congrès à majorité républicaine.

La prison, située dans une base navale américaine sur l'île de Cuba, abrite actuellement 41 détenus (contre 242 au début du premier mandat de Barack Obama). Elle incarne, dans nombre de pays à travers le monde, les excès de la lutte antiterroriste des Etats-Unis après les attentats du 11 septembre 2001, qui ont fait près de 3000 morts.

David Nevin a récemment révélé que Khaled Cheikh Mohammed avait écrit une lettre à Barack Obama où il lui dit que le 11-Septembre était le résultat de la politique étrangère des Etats-Unis, qui a causé selon lui la mort de nombreux innocents.

ATS